Sweet Bordeaux

Les vignerons

Chantal Meilhan-Brun

Château des Coulinats, Gabarnac (Sainte Croix du Mont)

68 ans. Je travaille avec mon fils, qui a 40 ans. C'est une propriété familiale qui remonte au XVIIIe siècle : l'un de mes ancêtres, dans la famille Brun, était un grognard de Napoléon, et il a acheté sa première parcelle avec les sous qu'il avait gagnés pendant les campagnes napoléoniennes. Mon père a fait fructifier la propriété. Moi j'étais enseignante, et c'est quand mon fils a rejoint le domaine que j'ai décidé, à la retraite, de travailler à ses côtés. Et j'avoue m'être prise au jeu !

Hugues Hardy

Château Faugas, Gabarnac (Cadillac et Premières-Côtes-de-Bordeaux)

35 ans. Je travaille avec ma tante, qui est co-propriétaire. C'est une exploitation familiale, achetée en 1936 par mon arrière-grand-père. Je ne me destinais pas vraiment à la vigne : j'ai fait un master en Droit Pénal, puis j'ai travaillé en Afrique. Mais l'envie, la responsabilité de protéger notre patrimoine familial m'ont fait revenir. D'ailleurs, je suis la cinquième génération de vignerons de la famille, et pour chacun, rejoindre la vigne a fait l’objet d’une reconversion professionnelle. J'ai toujours donné des coups de main à la propriété, mais j'avoue que c'est autre chose, désormais, d'être responsable de toutes les étapes... On est en cours de certification HVE3. Pour finir, je connais bien eat !BRUSSELS drink ! BORDEAUX: ça fait quatre fois que je participe!

Marina Dejean

Domaine du Noble, Loupiac (Loupiac)

36 ans. Je donne un coup de main à mon oncle, pour la promotion de ses vins en Loupiac. Le vin, c'est une histoire de famille : mes parents sont viticulteurs dans le sauternais, et j'ai travaillé un temps pour l'ODG Sauternes et Barsac. J'ai bien essayé d'aller voir ailleurs : pendant quatre ans, je suis allée travailler pour un céréalier dans le Lot et Garonne. Mais il n’y avait rien à faire, je préfère le monde de la vigne : c'est une plante dont il faut s'occuper toute l'année, il y a toujours quelque chose à faire sur un pied de vigne!

Sébastien Labrousse

Château du Payre, Cardan (Cadillac Côtes de Bordeaux)

20 ans. Je suis en formation CAVES (commercialisation appliquée vins et spiritueux) en alternance, avec l'idée de rejoindre la propriété familiale. On a 40 hectares, on produit toutes les couleurs. On est en Terra Vitis (label environnemental) depuis dix ans, on était parmi les premiers. J'ai toujours travaillé à la vigne quand j'étais petit, le domaine est dans la famille depuis cinq générations. Je suis la sixième ! La particularité, c'est que le domaine s'est toujours transmis de mère en fille. Et moi je n'ai pas de sœur...

Stéphane Wagrez

Château la Bouade, Barsac (Bordeaux Moelleux)

49 ans. Je suis maître de chai, en gérance avec un ami qui est le chef de culture. En parallèle, on est fermiers. On a 24,5 hectares, dont on fait essentiellement du moelleux. On est en cours de certification HVE3. J'ai intégré le monde du vin tardivement : j'étais à l'origine comptable, puis j'ai fait plusieurs métiers. C'est en étant chauffeur-livreur pour les châteaux de la région que je me suis intéressé à cet univers. Il me manquait un bagage technique, je me suis donc formé à la Tour Blanche à 34 ans. J’ai fait un stage à la Bouade, et n’en suis jamais reparti ! J'ai toujours voulu faire du Sauternes : le premier vin que j'ai goûté, vers 18 ans, était un blanc doux de Bordeaux.

Thomas Réglat

Château Cousteau, Monprimblanc (Cadillac)

23 ans. Je suis multifonction : à la vigne, sur le tracteur, commercial. C'est une propriété familiale de 70 hectares. On fait toutes les couleurs. Au début je ne voulais pas rejoindre l'exploitation, mais c'est le cours normal des choses, c'est dans la famille depuis cinq générations. Et finalement, c'est loin d'être un travail rébarbatif, vu que je touche à tout !

7 AOC de Bordeaux à découvrir :
  • Saint-Croix-du-Mont
  • Loupiac
  • Cadillac
  • Premières Côtes de Bordeaux
  • Saint-Macaire
  • Cérons
  • Bordeaux Supérieur
     
A Bordeaux, un microclimat unique au monde permet de développer des vins blancs doux au goût si intense. Entre les brumes matinales et les journées chaudes, les grappes se gorgent d’arômes. Les raisins, principalement issus du cépage Sémillon, sont volontairement sur-mûris.
Ils sont vendangés un peu plus tôt pour les vins moelleux afin d’extraire un jus plus léger que les liquoreux. Fruit d’un long labeur à la vigne et aux chais, les vins blancs doux de Bordeaux offrent une douceur fruitée et une richesse aromatique exceptionnelle.
Cépages : sémillon, sauvignon, muscadelle.
Idées d’accords : des plats sucrés-salés ou épicés comme des sushis, foie gras, plats épicés ou exotiques, fromages bleus, desserts gourmands, fruits frais.
 
Plus d’informations
www.bordeaux.com